RCA: Embargo sur les armes, la Génération consciente hausse le ton

Le 29 Juillet 2021, le Conseil de Sécurité de l’ONU va se statuer sur la question de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine où des voix s’élèvent pour dénoncer le maintien de cette sanction. A l’occasion d’un point de presse à Bangui, la plateforme de la société civile Génération consciente, par le biais de son coordonnateur, Alain Patrick De-Komah, exige du Conseil de sécurité de l’ONU la levée totale de cet embargo qui empêche l’armée centrafricaine à défendre le territoire et la population de la RCA face aux menaces des groupes armés.
L’embargo sur les armes demeure une préoccupation majeure en République centrafricaine. Justifiant l’élection démocratique du président Touadera au pouvoir depuis 2016, les Centrafricains ont estimé que l’embargo imposé à la RCA depuis 2013, n’a plus de sens aujourd’hui.
Le 29 juillet prochain au Conseil de Sécurité de l’ONU, la question de la prorogation ou non de l’embargo sera à l’ordre du jour. Pour la Génération consciente, une plateforme de la société civile centrafricaine, les pays membres du comité de sanction ne doivent pas reconduire cette sanction qui pénalise le peuple centrafricain.
« Nous demandons de ne pas prolonger cet embargo injuste et de nous donner l’opportunité » de défendre nous-mêmes notre patrie. Nous exigeons la levée totale de l’embargo sur les armes imposées à la RCA ! L’armée centrafricaine bien armée est une garantie de notre sécurité et de notre prospérité. Le peuple centrafricain a le droit de se défendre. Personne ne devrait nous priver de ce droit ! Nous avons le droit de vivre ! Au nom de la souveraineté de notre nation, nous osons croire que nos cris de détresses seront écoutés par le Conseil de Sécurité », a déclaré Alain Patrick De-Komah, coordonnateur de la plateforme.
En dépit de l’embargo. La plateforme Génération consciente s’étonne du fait que les groupes armés sont surarmés avec des armes lourdes contrairement aux forces armées centrafricaines dépourvues des armes de défense.
« Les forces armées nationales avec le soutien des alliés internationaux sont néanmoins confrontés aux bandits bien armés qui se préoccupent des armes lourdes en provenance du Tchad, du Soudan etc. Les bandits utilisent, par exemple, des mortiers mis sous embargo par le Conseil de sécurité ; l’armée centrafricaine est désarmée devant eux », a-t-il déploré.
En déplorant cette situation, le coordonnateur de la Génération consciente a envoyé via DHL une série de courriers aux membres du Comité de sanction de l’ONU, et à certains pays membres du Conseil de Sécurité.

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976