Agathe Djokam « je questionne le phénomène de menstruation en m’appuyant sur l’art »

Danseuse chorégraphe originaire du Cameroun, Agathe Djokam(photo) a présenté son projet «Echogr’Art-phie » au public le 29 mai 2021 à l’Institut Français du Cameroun à Yaoundé. La veille, au cours d’un échange avec la presse nationale et internationale, la jeune artiste a dévoilé les contours de son projet qu’elle présente comme une « thérapie de danse ». Son message aux femmes.

« Par ce projet je questionne le phénomène de menstruation en m’appuyant sur le meilleur medium pour  l’être que je suis qui est l’art. «Echogr’Art-phie »  pour moi ce n’est pas juste un projet , c’est une thérapie de danse parce que non seulement par ce projet , je questionne ce phénomène de menstruation, mais je trouve l’issue pour m’accepter en tant que femme que je suis pour accepter ce que ce corps humain traverse physiologiquement et involontairement et finalement aussi pour accepter tous les êtres vivants qui sont autour de moi » déclare Agathe Djokam. « Après la question, par ce projet, c’est nous venons d’où les êtres humains que nous sommes à travers le monde à travers cet univers , quelle est notre origine commune , quel est le point ou le repère où tout le monde se retrouve » poursuit-elle avant d’ajouter que «Moi je trouve que c’est l’utérus , c’est pour cela qu’à un moment j’ai dit le premier monde ou l’univers par lequel où on se retrouve c’est d’abord un utérus avant de se retrouver dans le monde physique où on est aujourd’hui ». Mais il faut dire que ce projet c’est aussi pour Agathe Djokam, « une possibilité de décloisonner la chorégraphie au-delà du corps en mouvement. par ce projet je questionne principalement le processus qui mène aux êtres humains aux êtres vivants que nous sommes et en tant que danseuse chorégraphe je décide de créer des points où se lient le processus de grossesse(pare que c’est par la grossesse finalement que ce processus final durant ce cycle que traverse le corps de la femme, ouvre le portail vers les êtres humains que nous sommes) et processus chorégraphique » explique-t-elle.

Son projet parle aux femmes et à tous les êtres humains. « Je m’adresse pas uniquement aux femmes, mais aux êtres humains. Comme conseils aux femmes, c’est d’abord de pouvoir en parler. C’est de dire principalement à ces femmes  osons parler de ce que nous vivons, osons accepter ce que nous vivons. N’ayons pas honte n’ayons pas peur de vivre le phénomène de menstruation parce que ce phénomène de menstruation c’est la base c’est la fondation. Moi je trouve que quand tu parviens à t’accepter quand tu as confiance en toi, quand tu prends le temps de t’écouter, de t’observer de te regarder, il y a une force que tu acquiers pas juste en tant que corps mais en tant qu’être dans ce monde. Donc je nous invite tous à ça principalement aux femmes et aux êtres humains en général ». dit Agathe Djokam.

Aicha Baba Ladane

 

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976