Afrique centrale : Pourquoi la COSUMAF a organisé un atelier de formation sur les obligations vertes,sociales et durables à Douala

La COSUMAF, la Commission de Surveillance du Marché Financier de l’Afrique Centrale, a organisé cet atelier de haut niveau en partenariat avec la Société Financière internationale, filiale du groupe de la Banque Mondiale le 11 octobre 2021 à Star Land Hôtel de Bonapriso, un quartier chic de la capitale économique du Cameroun, Douala, Son objectif principal était de promouvoir les opportunités de la finance verte, sociale et durable comme vecteur de développement du marché financier unifié de l’Afrique Centrale. Un grand rendez-vous du monde de la finance de la région CEMAC. Les détails.
Par Ericien Pascal Nguiamba Bibiang, envoyé spécial à Douala.
De nombreuses personnalités et experts de haut niveau ont pris part aux travaux à la fois en présentiel et en ligne. Des Dirigeants des institutions de la CEMAC, les Directeurs généraux en charge de la dette des États de l’Afrique Cemac, des dirigeants des structures du marché financier régional, des intermédiaires du marché régional, le patronat, les établissements de crédit, les institutions financières, la chambre de commerce, les dirigeants d’entreprises, experts et consultants étaient ciblés. Au cours des travaux de Douala, il était également question de présenter l’expérience de la Banque Mondiale dans le domaine des obligations vertes ; Présenter les modalités d’accompagnement des États de la Cemac dans la structuration d’émissions d’obligations vertes, sociables et durables ; présenter les tendances générales en matière d’obligations vertes et sociales et présenter l’expérience de la SFI dans leur structuration. Il était aussi question de faire une revue générale de l’environnement des obligations vertes et cas pratiques; présenter le retour d’expérience d’un marché africain ayant l’expérience de l’émission d’obligations vertes (cas du maroc) et enfin présenter le rôle de l’avis de la tierce-partie dans les émissions d’obligations vertes, sociales et durables.
Outre les discours du représentant du ministre Camerounais des finances, Louis Paul Motaze empêché, et du Président de la COSUMAF, l’Ambassadeur Yamassoum, on a également eu droit aux interventions de Sylvain Kakou représentant de la SFI pour l’Afrique centrale, du Secrétaire général de la COSUMAF Danielle Bunduku-Latha, qui a fait une présentation du Guide d’émissions remis aux participants. un document d’une importance capitale pour les émetteurs qui souhaitent émettre ou commercialiser des obligations en Afrique centrale. En effet s’ils ne respectent pas les recommandations de ce précieux document, ils ne peuvent pas prétendre aux labels « Obligations vertes », « Obligations sociales » ou « Obligations durables ». Docteur Riccardo Ambrosini, spécialiste finance durable à la SFI, a fait un exposé sur le thème : Obligations vertes et sociales : tendances générales et expérience de la SFI, Laurent Damblat du groupe de la Banque Mondiale a exposé sur le thème « Obligations vertes dans le secteur public : l’expérience du groupe Banque Mondiale. D’autres experts ont également enrichi cet atelier à travers leurs interventions. Il faut noter que cet atelier s’est tenu la veille de l’ouverture de la Semaine Internationale de l’investisseur de la Cemac qu’organise la COSUMAF du 12 au 15 octobre 2021 à Douala.
Ericien Pascal Nguiamba Bibiang, envoyé spécial.

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976