Prince Théophile kwendjeu « Restons des citoyens modèles, c’est-à-dire responsables »

Prince Théophile Kwendjeu

Chers compatriotes,

Ayant toujours répondu présent aux grands événements qui marquent l’histoire de notre pays, évidemment cette fois encore, cette fois surtout, je ne me déroberai point. Car notre pays risque s’enfoncer dans l’instabilité et l’anarchie, du fait de l’appel à l’insurrection lancé par des politiciens pour forcer le Chef de l’État à abréger sans délai le mandat qu’en 2018, lui a confié le peuple souverain pour… sept années. En raison de l’écho que pourrait avoir ce mot d’ordre abondamment relayé par certains activistes sur les réseaux sociaux qui leur servent d’instrument de manipulation et ralliement, il m’est impérieux d’élever ma voix dans ce concert dissonnant, pour exhorter à la responsabilité, donc à la retenue.
Je ne saurais en effet me taire face aux périls qui menacent notre vivre-ensemble, ayant de tout temps été porteur d’une valeur dans laquelle je ne cesse de m’investir : celle que véhicule la « citoyenneté modèle », pour laquelle j’ai toujours pris mon bâton de pélerin afin de la promouvoir, dans le triangle national ainsi qu’à l’extérieur. Ces actions menées hors de nos frontières se déclinant sous le concept de « diaspora modèle ».

Et c’est d’abord à ses membres que je clame avec la plus grande véhémence de se ressaisir, et ne point contribuer à entraîner notre Nation qu’ils ont laissée, dans une aventure pouvant la précipiter dans l’abîme. En ces temps déjà assez troubles comme ça pour que nul être sensé ait besoin d’en remettre une couche, où la paix est mise à mal par le terrorisme islamiste dans le Grand Nord, et les attaques armées des irrédentistes du NoSo.

Oui, chers frères et sœurs de l’extérieur, notamment ceux établis en Occident, dont certains semblent les plus enragés pour opérationaliser leur douteuse cause. Dans le calme feutré de vos pays d’adoption, vous semblez coupés des réalités du terroir, où l’immense majorité des gens n’aspire qu’à vivre dans la paix et la concorde. Ils savent avoir pour défi à long terme le développement, à moyen terme l’emergence et à court terme la lutte contre le coronavirus. Dont une des principales mesures barrières consiste en la distanciation sociale. Aussi est-il donc irresponsable pour soi-même et vis-à-vis des autres, que de pousser des compatriotes aux rassemblements. Nul n’ignore que de telles tentatives de troubles à l’ordre public exposent leurs auteurs aux rigueurs du droit, la participation à une manifestation non-autorisée pouvant valoir des sanctions judiciaires prévues par la loi. Pire, d’éventuels débordements dus à des agents provocateurs pourraient du reste créer des échauffourées et faire couler du sang et des larmes.

Le monde nous regarde, évitons de lui donner l’affligeant spectacle d’un peuple désuni qui étale ses désaccords sans aucune retenue. Car tels ne sont pas les Camerounais. Nous avons encore à l’esprit l’ignominieux saccage de certaines de nos représentations diplomatiques, des édifices qui devraient d’abord être des sanctuaires pour l’ensemble de nos concitoyens vivant dans le pays concerné. Qu’ils sachent que ces déprédations dans ce qui par essence est leur maison commune, avait fait rejaillir l’infamie non sur eux seuls mais la Nation entière, qui en avait été profondément choquée.

Frères et sœurs de la diaspora, certains d’entre vous s’apprêtent à perturber l’ordre public dans vos pays d’accueil, sous prétexte de faire partir le Président Paul Biya du palais d’Etoudi. Je leur demande d’abandonner leur romantisme révolutionnaire de rêve du Grand Soir. Là ne sera pas la voie qui mettra un terme aux fonctions de son excellence Paul Biya à la magistrature suprême. Si pour eux sa longévité au pouvoir n’est pas due à la grâce du Seigneur et la volonté des Camerounais qui reconnaissent en lui un homme d’État exceptionnel devant continuer à les diriger, la stratégie insurrectionnelle ne devrait guère être une option. L’histoire récente nous enseigne que ce type de soulèvement populaire crée plus de problèmes qu’il n’en résoud, avec hélas son cortège de destructions de biens, mutilations et pertes en vies humaines. Alors que nous devons plutôt continuer à construire, ayant pour cela besoin de la totalité de nos concitoyens pour que tous nous nous attelions à la gigantesque mais exaltante œuvre d’édification d’une Nation prospère et heureuse : celle pour laquelle s’est engagé le Président Paul Biya.

Vous savez quelles mobilisations je fais en Europe dans le cadre de mes activités pour magnifier la « diaspora modèle ». Lorsque nous nous regroupons ainsi, l’image présentée aux patients est celle du sourire et de l’union des cœurs, non de la discorde et des frictions fraternelles tel que certains voudraient le préparer. Non, ils n’ont pas compris droit de chercher à noircir notre blason à l’étranger, et de jouer aux apprentis-sorciers en manifestant pour appeler à la révolte de leurs concitoyens restés au pays.

Aussi ne devraient-ils pas les écouter, autant qu’ils devraient rester sourds aux objurgations des leaders politiques voulant les pousser dans la rue pour paralyser la bonne marche de la société. Oui, vous chers frères et soeurs camerounais vivant au Cameroun, ne vous laissez point distraire et encore moins instrumentaliser. Continuez à vaquer normalement à vos activités habituelles, ayant toujours refusé d’être embrigadés pour des intérêts qui ne sont pas les vôtres. À toutes et tous, je dis : que ce soit ce 22 septembre ou au-delà, restez des citoyennes et des citoyens modèles. L’avenir nous appartient, et ce n’est pas sur le chaos qu’il sera bâti. Que Dieu vous bénisse tous.

Prince Théophile Kwendjeu

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976