Emprunt obligataire : La BDEAC lance la mobilisation de 100 milliards sur le  marché financier de la cemac.

Fortunato OFA MBO NCHAMA, Président de la BDEAC.

La Banque de Développement des États de l’Afrique centrale(BDEAC),  a enclenché le processus de mobilisation de 100 milliards de FCFA sur le marché financier de l’Afrique centrale. Les investisseurs de la région, entreprises ou citoyen Lambda, sont ainsi invités par la Banque à souscrire du 21 au 29 décembre, à l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne au taux d’intérêt de 5,45% avec une maturité 2020-2027. Les fonds mobilisés serviront à financer les projets des secteurs privés et public avec des ressources adaptées en termes de maturité, de différé et de taux. En outre, ils permettront de financer la mise en œuvre des projets intégrateurs prioritaires du Programme Economique Régional de la CEMAC, en monnaie locale. Le Président de la Banque, Fortunato OFA MBO NCHAMA explique…Lire la suite.

Selon le Président de la Banque, Fortunato OFA MBO NCHAMA « la période de souscription est prévue du 21 au 29 décembre 2020. Elle peut être prorogée ou réduite après avis de la Commission de Surveillance du Marché Financier de l’Afrique Centrale (COSUMAF) ». Les obligations émises par la BDEAC portent intérêt au taux fixe de 5.45% Net sur la durée de l’emprunt qui est de 7 ans, pour une émission de 100000 000 000 (cent milliards) FCFA à raison de 10 000 (dix mille) la valeur nominale d’un titre. Le minimum de la souscription s’élève à 15 (quinze) obligations, quérables par toutes personnes physiques ou morales résidentes ou non de la CEMAC. Les titres émis à l’issue de cette opération seront inscrits à la côte de la Bourse de Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale (BVMAC) dans un délai de 01 mois suivant la fin de la période de souscription. Les intérêts seront payés annuellement à partir de la première date anniversaire de la date de jouissance de l’emprunt. Le capital sera amorti linéairement tous les ans après deux années de différé. Pour davantage rassurer les souscripteurs, « la BDEAC se réserve le droit de racheter ses titres à compter de la fin de la période de différé selon les conditions du marché », explique  Fortunato Ofa Mbo Nchama. Le président de la BDEAC ajoute que « ces rachats seront sans conséquence pour un souscripteur qui désirerait conserver ses titres jusqu’à l’échéance normale, et n’auront aucune incidence sur le calendrier d’amortissement initial ». Les obligations ainsi rachetées seront annulées. Il faut noter que cette opération est arrangée par le Consortium de sociétés de bourse, co-chefs de file Afriland Bourse & Investissement, Upline Securities Central Africa et Société Générale Capital Securities Central Africa, dûment agréées par la COSUMAF et ayant reçu mandat de la BDEAC le 02 décembre 2020.

Financement direct de l’économie.

Les fonds mobilisés serviront à financer les projets des secteurs privés et public avec des ressources adaptées en termes de maturité, de différé et de taux. En outre, ils permettront de financer la mise en œuvre des projets intégrateurs prioritaires du Programme Economique Régional de la CEMAC, en monnaie locale. Au nombre des secteurs qui seront impactés figurent l’éducation, les services et le tourisme, l’agro-industrie, de l’agro-pastoral, la finance, la santé, le transport, l’énergie, les télécommunications, l’eau et l’assainissement. Depuis sa création, la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale œuvre au cœur de la croissance et l’intégration économique des Etats de la sous-région, en finançant des secteurs clés, les infrastructures de développement et les projets innovants visant à diversifier leurs économies.La BDEAC est donc incontestablement une Banque au cœur du développement de l‘Afrique centrale.

Ericien Pascal Nguiamba, Afriquepremiere.net

(Source courrier Confidentiel)

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976