Dr Taïga « Une chèvre ou un mouton non vacciné est un danger pour tous les autres petits ruminants du Cameroun »

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dr Taïga

Le Ministre Camerounais de l’élevage des pêches et des industries animales a lancé la campagne de vaccination de masse contre la peste des petits ruminants mercredi 25 septembre 2019 dans la petite ville de Nanga Eboko à 180 km de Yaoundé la capitale. Le Cameroun s’inscrit ainsi dans le registre des pays qui engagent cette lutte dont l’objectif à terme est, selon le Programme Mondial d’éradication de la Peste des petits ruminants, d’éradiquer totalement du globe cette maladie d’ici 2030. Le Cameroun compte sur ses partenaires pour l’élargissement de l’opération de lutte intégrée à l’échelle sous-régionale. Car les mouvements transfrontaliers de bétails et de commercialisation des produits animaliers peuvent fragiliser l’effort du pays.

Le Ministre Dr Taïga après la vaccination symbolique des petits ruminants.

Cette campagne de vaccination de masse contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) pour le compte de l’année 2019 va durer plus d’un mois. Mais elle se déroulera jusqu’en 2021 a rassuré le Ministre Camerounais de l’Elevage, des Pêches et des Industries Animales qui a invité tous les éleveurs à sortir tous leurs animaux afin qu’ils soient vaccinés gratuitement. Car a-t-il déclaré « Une chèvre ou un mouton non vacciné est un danger pour tous les autres petits ruminants du Cameroun ». Il s’agit de protéger tous les animaux du Cameroun contre cette terrible maladie qui peut décimer tout un cheptel.
La Peste des petits ruminants est donc une maladie dévastatrice qui entraîne beaucoup de pertes chaque année, frappant essentiellement les foyers vulnérables en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient. C’est la seconde maladie animale ainsi ciblée après la peste bovine qui a été éradiqué en 2011. Il faut rappeler qu’au Cameroun, c’est en décembre 1985 que le premier cas de PPR a été diagnostiqué formellement dans la ville de Meiganga, Région de l’adamaoua, dans la partie septentrionale du pays, par le Dr Albert Douffissa. «L’éradication de la menace de la PPR sera aussi de nature à améliorer l’état nutritionnel des populations et à sécuriser leur moyens de subsistance » a souligné le Ministre Dr Taïga.

Plusieurs chèvres et moutons ont été vaccinés.

Les chèvres et moutons sont des fournisseurs de nourriture et générateurs de revenus aux populations pauvres des villes et campagnes. En plus des produits laitiers et carnés,les ruraux y trouvent une source considérable de fumier pour la fertilité du sol. Le Cameroun dispose d’un potentiel de production élevé et diversifié de petits ruminants. Mais des taux de mortalité élevés (entre 20% et 50%) limitent fortement la productivité des troupeaux. L’une des causes est la Peste des petits ruminants. D’où la faible disponibilité en viande et en produits laitiers auprès des de la population Camerounaise(consommation de 13kg de viandes et 9,5 kg de lait par habitant par an). En rappel,cette campagne de vaccination de masse contre la peste des petits ruminants qui va s’achever le 30 octobre pour le compte de l’année 2019, se poursuivra jusqu’en 2021 au Cameroun. Une initiative du Projet de Développement de l’Elevage(Prodel) financé par la Banque Mondiale.
Ericien Pascal Nguiamba envoyé spécial à Nanga Eboko

Share.

2 commentaires

  1. Très belle initiative monsieur le ministre. Mais faut aller dans les localités éloignées où ont trouve plus de ruminants

  2. Bonjour !
    Comment faire pour être de l’équipe de vaccination en ce qui concerne la peste des petits ruminants au Cameroun ?
    Je suis technicien des industries animales(stagiaire).
    Je souhaite vous lire pour en savoir d’avantage…

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976