Cameroun : Un chef séparatiste et une quinzaine de combattants tués

Les éléments du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR), une unité d’élite de l’armée camerounaise, ont mené un raid sur un camp de terroristes se réclamant de l’appellation « Gorillas Fighters » lundi 13 octobre 2020 dans la région du Sud-Ouest du pays. Selon les sources militaires, outre le Chef séparatiste « Général AYEKEH », une quinzaine de terroristes séparatistes ont été neutralisés et plusieurs effets de guerres saisis. Bilan complet de cette opération savamment planifiée par les Forces de Défense et de Sécurité du Cameroun.

Le lundi 13 octobre 2020, en exécution d’une mission savamment planifiée par les Forces de Défense et de Sécurité travaillant en synergie sous la coordination du Commandement de la 2ème Région Militaire Interarmées, les éléments du Bataillon d’intervention Rapide (BIR) ont mené un raid sur un camp de terroristes assassins se réclamant de l’appellation « Gorillas Fighters » a appris afriquepremiere.net des sources militaires. Ce camp retranché et fortifié dans une zone dansement boisée du Département du Lebialem, Région du Sud-Ouest, était un véritable refuge d’assassins-violeurs, voleurs-kidnappeurs, égorgeurs et criminels shootés aux stupéfiants et ayant une croyance hallucinante aux gris-gris locaux communément appelés « ODESHI » renseignent les mêmes sources qui dressent un bilan lourd : Le Pseudo Général « AYEKEH » alias « Man pass GUN », « Chief of Forest » neutralisé ; Son armes de type Kalachnikov avec 22 boîtes chargeurs garnies récupérée, ainsi que son fusil à pompe particulièrement affectionné dans les assassinats qu’il prenait le soin de mettre en scène ;Une quinzaine de terroristes neutralisés et emportés par un cours d’eau en grande crue à l’arrière du camp ;Plusieurs blessés en fuite ; des dizaines d’effets militaires (rangers, gilets pare-balles, etc. …) saisis. 02 téléphones satellitaires dont l’origine reste à déterminer récupérés ; 08 caisses de munitions de guerre de divers calibres saisies ; 12 grenades offensives sécurisées.

Il faut noter qu’au cours de cette opération, un soldat a été blessé des suites d’une série d’explosions de grenades lancées sur les Forces de Défense pour freiner leur assaut sur le camp ; 10 otages ont été libérés  dont de jeunes filles utilisées comme objets sexuels par ces terroristes.

Avec la mort de ce chef séparatiste terroriste, les populations du département du Lebialen dans la partie anglophone du pays, peuvent dormir tranquille.

Ericien Pascal Nguiamba, Afriquepremiere.net

 

Leave A Reply

Afriquepremiere.net Administrateur-Directeur de Publication : Ericien Pascal Nguiamba. Rédaction Afrique 00237 699843976